Appel à communications

(version .pdf)

ÉCRIRE L’HISTOIRE DES SAVOIRS URBAINS

MONTRÉAL, QUÉBEC, CANADA ET AU-DELÀ (19E-20E SIÈCLES)

 Université de Montréal

27-28 septembre 2019

Dans un texte publié en 2013 et dans lequel il explore certains des défis épistémologiques que pose la constitution d’études urbaines unifiées, l’historien français Stéphane Van Damme se demande s’il est possible d’écrire une histoire des savoirs urbains. Il est vrai que, depuis l’émergence de la ville moderne et industrielle, une pléiade d’acteurs et d’institutions se sont efforcés de mieux connaître et comprendre les agglomérations urbaines qui se développaient rapidement et semblaient échapper à tout contrôle. Des premiers hygiénistes français aux sociologues allemands de la fin du 19e siècle, de l’école de Chicago à celle de Los Angeles, des réseaux transnationaux d’urbanistes aux activistes de quartier, ils ont été nombreux à essayer de comprendre et interpréter le fait urbain.

Les organisateurs de ce colloque font donc le pari qu’il est non seulement possible d’écrire l’histoire des savoirs urbains, mais que cette entreprise devrait être aussi ouverte que possible. En d’autres mots, nous assumons que la production des savoirs urbains est à l’image de la ville : une entreprise complexe, parfois chaotique et désordonnée, difficile à classer et à planifier, mais riche et foisonnante. Ancré dans la discipline historique, ce colloque est ouvert à la contribution que peuvent faire d’autres disciplines à l’étude de la constitution des savoirs urbains. Intéressé d’abord par les villes canadiennes, et notamment Montréal, il est ouvert aussi à des cas d’étude et des réflexions qui proviennent de l’extérieur de ce cadre ou le transcendent. Enfin, et surtout, la notion de « savoirs urbains » que nous proposons d’explorer se veut plus large que celle d’expertise, qu’elle inclut et dépasse pour intégrer toutes formes de connaissances de la ville et du fait urbain.

Les organisateurs de ce colloque lancent donc un appel à communications qui traitent de ce thème et explorent notamment certaines des questions suivantes :

  • Quelles sont les différentes façons d’appréhender le fait urbain? Quelle est l’étendue de ce qu’on peut qualifier de « savoirs urbains », des études d’experts au savoir local, compris ici comme la connaissance de la rue ou du quartier au quotidien passant par les sens et les émotions?
  • Quels sont les acteurs qui produisent ces savoirs, de quelles manières et à quelles fins?
  • Comment ces savoirs sont-ils diffusés au sein de la société urbaine et au-delà, par quels canaux et vecteurs?
  • Comment sont-ils mobilisés et légitimés afin d’agir sur l’espace et la société, ou encore pour résister à certains projets et politiques? Qu’arrive-t-il lorsque ces savoirs entrent en conflit ou lorsqu’ils sont utilisés à des fins que n’avaient pas prévu leurs producteurs?
  • Plus près du terrain, comment le citadin moyen découvre-t-il la ville, ses quartiers, ses us et coutumes, les risques et les opportunités qu’offre la vie urbaine?
  • Et que faire de la méconnaissance de certains aspects du monde urbain, de l’impact de l’ignorance sur les décisions prises par différents acteurs politiques et sociaux?

Les membres du comité organisateur aimeraient recevoir, d’ici le 15 décembre 2018, des propositions de communication incluant le nom du conférencier ou de la conférencière, son affiliation institutionnelle, un bref curriculum vitae (1 page), le titre de sa communication et un résumé d’un maximum de 500 mots. Les propositions peuvent être envoyées à l’adresse suivante : savoirs.urbains@gmail.com

Comité organisateur :

  • Harold Bérubé (Université de Sherbrooke)
  • Michèle Dagenais (Université de Montréal)
  • Valérie Poirier (Guelph University)
  • Jean-Christophe Racette (Université du Québec à Montréal)
  • Daniel Ross (Université du Québec à Montréal)

Organisé avec la collaboration du Centre de recherche interdisciplinaire en études montréalaises (CRIEM/CIRM), du Groupe d’histoire de Montréal (GHM), du Centre interuniversitaire d’études québécoises (CIEQ), du Laboratoire d’histoire et de patrimoine de Montréal (LHPM) et du réseau de recherche Villes Régions Monde (VRM).

Nous sommes également heureux d’annoncer que l’événement accueillera comme conférencière invitée l’historienne américaine Tracy Neumann (Wayne State University), une spécialiste de l’histoire transnationale des villes nord-américaines, et en particulier des transformations post-industrielles au 20e siècle.

Advertisements